HRP : aventures pyrénéennes

HRP : aventures pyrénéennes

Dimanche 25 septembre : camping de Ladorre

               Après un copieux petit déjeuner au refuge, nous descendons à la voiture. Le ciel est moins gris qu'hier, la lumière est belle ce matin dans la forêt. Point météo à Espot : la météo va fortement se dégrader dans l'après-midi avec le passage d'un front froid. Demain, pas génial non plus et mardi nouvelle perturbation. Bilan : il faut que je trouve une autre solution pour avancer étant donné que les trois prochaines étapes sont hors sentier en haute montagne. Je décide de suivre le GR 11 espagnol et de rattraper la HRP en Andorre avec une météo plus clémente.

 

               Le temps de faire quelques achats, de refaire le sac et de faire mes adieux à Greg, je ne commence à marcher qu'à 13 heures. Repartir seule me laisse la même impression à chaque fois. Ce n'est pas facile mais les difficultés à venir vont vite faire oublier tout ça. L'idée était de partir juste au dessus d'Esterri d'Aneu au niveau du village de Burgo pour rattraper le GR 11 de l'autre coté du col de Compirme.

 

 

                   La montée sur piste se fait sans difficulté même si le sac est redevenu très lourd avec le nouveau ravitaillement. Mais de gros nuages noirs commencent à s'amonceler autour de ma tête. Coté Aigües Tortes, apparemment, c'est déjà le déluge. Là les vraies difficultés commencent. Le chemin qui descend du col, pourtant tracé en trait rouge plein sur la carte au 1/50000ème semble ne pas avoir été entretenu depuis des années. La végétation y est luxuriante, parfois infranchissable et je me résous finalement à descendre hors sentier parmi les ajoncs et les genévriers dans une pente assez raide. Arrivée en bas, je trouve un village fantôme et finis par tomber sur le GR 11. Ouf ! L'orage est resté coincé de l'autre coté du col et il attendra même que je passe le col de Jou pour commencer à m'arroser. Heureusement la descente est facile sur piste et bitume.

 

 

                Je quitte en bas le GR pour rejoindre directement le camping de Ladorre et me mettre au sec. Cela fait deux heures que je marche sous la pluie. Il est tard, plus de 19h00 et je peine un peu à trouver le camping qui est bien en dehors de la ville, le long de la route. La pluie finit par s'arrêter et je peux monter tranquillement la tente. La douche chaude est un vrai bonheur et il y a assez de place dans le bâtiment sanitaire pour faire sécher un peu mes affaires. Je m'y installe même pour faire la cuisine ( je suis pratiquement seule dans le camping).

 

Bilan : - 1000 m de dénivelé

- j'ai bien fait de bifurquer par le GR 11 même si je n'ai pas pris le gros de l'orage, j'ai vu les hauts sommets au loin complètement pris dans les nuages.

 

> lundi 26 septembre



05/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres