HRP : aventures pyrénéennes

HRP : aventures pyrénéennes

Vendredi 12 août Gîte de St Lary

           

 

 

              La nuit a été difficile. Les rafales de vent n'ont cessé que tard dans la nuit et la tension nerveuse m'a empêchée de m'endormir. Réveil 6h00 avec le jour et là, la surprise est bonne. Le ciel s'est complètement dégagé et le vent ne souffle plus. Je fais mon sac avec ma tente que j'ai réussi à faire sécher et je pars vers le fameux glacier pour lequel le topo recommande piolet et crampons. En fait, il ne s'agit plus que de gros névés et l'ascension au col, plus pentue peut se faire presque exclusivement sur un pierrier. J'ai bien vu un peu de glace sur la partie basse, mais pas l'ombre d'une crevasse.

 

 

              J'arrive au col des Gours Blancs avant 10 heures, absolument seule et profite du panorama, assez exceptionnel. Monter au sommet juste au dessus est rapide et facile. La vue y est très dégagée. Un anticyclone s'est installé et les lumières sont assez exceptionnelles. En descendant je rencontre les premiers randonneurs partis de refuge du portillon. J'en croiserais bien d'autres par la suite. La descente depuis le pluviomètre est interminable et très casse-gueule : c'est beaucoup de passages en adhérence sur des dalles lisses, même pas envisageable par temps de pluie. Veron a raison, il vaut mieux remonter au Tusse pour redescendre (il est vraiment bien ce Veron).

 

 

            Une fois arrivée au refuge du portillon, la descente jusqu'au parking est longue, longue... Beaucoup de touristes pour des lacs, c'est vrai, très agréables, surtout le lac d'Oô qui a une très belle couleur d'un bleu intense et une grande cascade. J'arrive à 15h30 en bas, presqu'en courant, j'ai hâte de pouvoir joindre Grégoire. Au parking, mon portable ne passe toujours pas et j'ai très mal aux pieds qui ont bien chauffés dans la descente. D'aimables randonneurs acceptent de me prendre dans leur voiture pour m'emmener en vallée. Finalement, ils m'emmèneront jusque St Lary car Grégoire que j'ai pu avoir au téléphone m'annonce une bonne nouvelle : il vient me rejoindre ce soir avec un couple d'amis. Nous décidons ensemble d'aller en Espagne pour le week-end du 15 août (en Espagne il devrait y avoir beaucoup moins de monde qu'en France pour ce week-end prolongé) faire le tour et l'ascension du Posets que je n'ai fait qu'effleurer hier.

 

            Me voilà donc au gîte de St Lary à les attendre. Je prends une douche bienvenue et soigne mes pieds qui sont douloureux, très rouges, et ... très malodorants. J'ai contaminé mes chaussures en bactéries moutonnes après avoir marché plusieurs jours en sandales et la pluie d'hier a transformé mes chaussures en bouillon de culture. Avec l'échauffement d'aujourd'hui dans la descente, ça donne un résultat assez spectaculaire. Heureusement j'ai trouvé en ville une pharmacie et j'ai pu m'équiper en acide borique.

 

Ce soir c'est soirée barbecue avec un apéro sangria. Quel accueil ! Greg et les autres n'arriveront que tard dans le soirée. En attendant je peux profiter de la compagnie de mes ôtes si sympathiques et boire un verre bien mérité.

 

Bilan : - 15 à 20 Kms

- 2000 m de dénivelé en descente !

            - 1 sommet = Pic Gourdon (3034 m)

 

> tour du Posets



05/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres