HRP : aventures pyrénéennes

HRP : aventures pyrénéennes

Mardi 20 septembre : refuge de la Restanca

               Comme lors de la première partie de ma traversée, je pense que je vais encore passer quelques nuits à mal dormir probablement à cause de la tension nerveuse accumulée au cours de la journée. Se lever au petit matin n'est pas facile, la toile de tente a gelé et un petit vent s'est levé. Niveau météo, c'est le grand bleu, pas un nuage à l'horizon de toute la journée. La montée au port de Rius est rude. Je suis des cairns et finis par avoir à monter tout droit dans le végétation et les rochers au lieu de contourner par la gauche. (J'apprendrai par la suite que pour monter au col il ne faut pas louper une bifurcation sur la gauche. Tout droit c'est une bonne piste qui va dans la bonne direction, mais attention, elle est aveugle...)Vraiment, le sac à dos me pèse beaucoup, j'ai mal aux épaules. Cette étape est malgré tout très belle avec une succession de lacs enchanteurs avec des crêtes très découpées en toile de fond.

 

 

 

 

               Au col Estan del Mar, il est encore très tôt, je décide de monter sans sac au Tossau de Mar. L'aller-retour sera plus long que prévu. Les 300 m de dénivelé se font bien mais je cherche mon chemin en escalade dans les rochers. J'arrive finalement au sommet pour trouver un ficelou posé récemment semble-t-il, peut-être lorsque le couloir était en neige. Finalement je me dis que ma petite virée, c'était limite de l'alpinisme mais lorsque je croise à la descente un sexagénaire espagnol montant complètement dénudé, dans le plus simple appareil quoi, là je me pose des questions. Enfin, chacun voit midi à sa porte...

 

 

 

 

 

Tossau de Mar

 

 

            La descente depuis le col est effectivement raide comme le dit Véron mais se fait bien à condition de ne pas quitter le chemin. La suite est longue, surtout lorsqu'il s'agit de faire le tour du lac en sautant d'un rocher à l'autre.

 

            Arrivée au refuge de la Restanca, je plante la tente. Le vent a faibli, il fait beaucoup moins froid maintenant. Je décide de manger tout de même au refuge où l'accueil est sympathique. Le gardien parle français et je tente de retrouver des souvenirs d'anglais avec deux hollandais qui partagent ma table eux aussi sur la HRP.

 

Bilan : - 1200 m de dénivelé dont 300 sans sac

- 1 sommet = Tossau de Mar (2772 m)

 

 

 

> mercredi 21 septembre



05/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres