HRP : aventures pyrénéennes

HRP : aventures pyrénéennes

Lundi 3 octobre : refuge de Mariailles

           

 

              Le vent a soufflé toute la nuit en tempête. Réveil 8h00 et ... il a neigé cette nuit à partir de 1500 m environ. Il y a ici du soleil coté sous le vent mais de l'autre coté de la crête il y a des nuages avec un vent important mais il semble y avoir de la visibilité. Je fais mon sac et décide de partir, pas très rassurée, mais j'ai déjà repéré un chemin qui redescend en vallée coté français en cas de problème. Mon sac est plutôt vide aujourd'hui puisque je porte presque tous mes vêtements sur moi.

 

            

                Marcher dans la neige fraîche est agréable mais arrivée sur le bitume de la station de ski, il y a tellement de verglas par terre que je peine à avancer contre le vent. Je trouve le chemin du porteille de Morens, pas encore tout à fait recouvert par la neige, qui a été soufflée par le vent. Au col, c'est la sibérie. Le vent est très fort, emportant la neige et accélérant le mouvement des nuages noirs au dessus de la crête ce qui donne une ambiance particulière, impressionnante. Bien couverte, je n'ai pas froid et il y a une bonne visibilité. Je décide de continuer sur la crête. Cheminer dans ce décor hivernal est appréciable, même si au niveau des cols, le vent est difficilement supportable. Au col del Vent, qui porte bien son nom, il faut même lutter pour pouvoir tenir debout et avancer devient très pénible. J'arrive à l'autre bout pratiquement à 4 pattes, heureuse de bientôt pouvoir redescendre. Arrivée au niveau du pla Guilhem, je m'arrête enfin dans un petit abri de pierre pour faire une pause. Il est 14 heures, je ne me suis pas encore arrêtée de peur d'avoir froid. J'arrive péniblement à me réchauffer en faisant chauffer du thé. Je ne m'attarde pas et repart. J'ai un peu du mal à trouver le chemin de la descente au milieu d'un nuage mais ça y est, je suis sur la piste qui descend au refuge, me voilà arrivée. Il est 16h30.

 

 

            La première chose que je fais en arrivant au refuge est de ma coller au radiateur et de déguster un bon vin chaud. Je monte faire une sieste et redescend pour manger avec 4 pompiers venus pour faire l'ascension du Canigou. Ils ont tenté le coup aujourd'hui mais ont fait demi-tour à cause du vent. Ils réessaieront demain par l'autre versant, moi je pense faire le tour par le GR10 si le temps est trop mauvais. La gardienne m'indique tout de même un raccourci en descendant par une crête sans avoir à monter jusqu'au sommet. On verra, en attendant je passe une soirée agréable avec le groupe de pompiers. Ils ont amené la bouteille de Pastis, l'ambiance est bonne, on n'a pas envie de se coucher mais on se fait rappeler à l'ordre par la gardienne, sympathique au demeurant mais pas forcément conciliante.

 

Bilan :   - 650 m de dénivelé

- une journée dans une ambiance complètement hivernale que je ne suis pas prête d'oublier

 

> mardi 4 octobre



05/03/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres